quelques jours en virée touristique

Dans un car bondé, nous sommes partis en direction de Bobo Dioulasso. Sur la route c’est le refrain incessant des klaxons et des coups de frein pour laisser passer les chèvres ou les zébus qui traversent tranquillement la route.

 

Bobo-Dioulasso deuxième ville après Ouagadougou à l’Ouest du pays.

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de vélos au Burkina, en ville comme en campagne. Et ils servent à toutes les sauces, du plus jeune au âgé, seul ou en famille!! Pas de freins, et bien souvent un seul vélo transporte une famille : un couple, un bébé au dos, un enfant sur le porte bagages et un mouton sur les épaules du chef de famille.

 

 

 

 

 

Un taxi-brousse se proposent de prendre nos bagages….

Départ pour le centre ville de Bobo. Là, nous avons découvert l’Afrique, la vraie. La ville est très agitée : nous ne manquons pas la mosquée et la visite du vieux Bobo (interdiction de se promener sans guide) Tous les secrets de la culture africaine sont détenus dans ce quartier. Les mobs slaloment entre les quelques voitures, c’est bruyant. Nous nous sommes arrêtés au marché pas très loin du village.

 

 

 

 

 

 

Durant toute notre promenade dans le marché, nous étions suivis par des dizaines de gamins. Dans la ville, les gens s’arrêtent et nous regardent : nous sommes des  » toubabous  » (des blancs en dioula) comme disent les enfants avec un large sourire tout en nous faisant signe.

 

En parcourant une rue du village, nous entendons de la musique dans une cour, nous sommes attirées et entrons dans la concession….une troupe de musiciens nous accueillent et nous voilà entrées dans la danse et même en train de tapoter le balafon.

 

 

Moment très agréable de partage

 

 

 

 

 

Accueillies le soir dans une famille, nous prenons le repas entourées de tous et dans une ambiance chaleureuse. Nous leur proposons une soupe en sachet de la France, ils apprécient ou font semblant….

traditionnelle séance photo

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, levées tôt pour un départ sur Banfora, ses célèbres cascades, les pics Sindou, les dômes de fabédougou . Encore quelques heures de brousse africaine, entassés, culbutés dans tous les sens dans le 4X4 que nous avions loué, puis nous arrivons près des cascades,

 

 

 

 

il ne reste plus qu’une dernière grimpette à pieds à faire sur la montagne de pierres, puis nous découvrons plein de petits bassins de la taille d’un homme, une cascade magnifique pour les alimenter face à un paysage inexplicablement merveilleux .

 

 

Les dômes nous impressionnent par leur

hauteur.

 

 

 

Beaucoup d’africains ne nagent pas mais celui-là n’hésitent  pas à se mouiller.

____

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s